“L'écologie est une magnifique occasion, peut-être même  l'ultime occasion, de redonner du sens au progrès.”  Nicolas Hulot

 

Nous sortons d’une séquence très difficile et plus que décevante sous les deux précédents gouvernements français.

 

D’une part, beaucoup d’entre nous ont subi de plein fouet les effets de la crise économique terrible au sud de l’Europe, renforcés par les politiques d’austérité bornées de la Commission Européenne et des gouvernements conservateurs espagnol et portugais. Malheureusement, beaucoup de nos compatriotes ont dû repartir en France. En cela, témoins du désastre social et humain qu’ont vécu nos pays d’accueil, nous ne souhaitons pas un retour des conservateurs et des libéraux en France dont l’unique horizon est de prolonger ces politiques menées par leurs homologues espagnols et portugais.

 

Nous regrettons que les gouvernements de la France n’aient pas su, tant sous la présidence Sarkozy que sous celle de François Hollande, faire preuve de plus de pugnacité face aux solutions inefficaces dictées par le monde de la finance. C’est en définitive l’Europe du Sud, celle avec qui notre pays a tant de liens et d’attaches qui a ainsi été abandonnée et livrée à une terrible crise sociale et économique.

 

Nous regrettons que dans notre pays aussi, la terrible séquence de destruction des services publics et des piliers de la République sous Nicolas Sarkozy, n’aient pas suffisamment été compensée par une politique de relance et d’investissement, par une politique sociale et écologique comme le promettait François Hollande.

 

Il ne s’agit pas seulement des promesses sociales, écologiques, culturelles, anti-libérales non tenues. Mais d’un dangereux glissement de la politique de l’actuel gouvernement vers des positions libérales inefficaces du point de vue économique (faible croissance) mais terribles pour les piliers de la République (loi travail, lois Macron) et vers une mise en question de l’unité dans la diversité de notre pays (mise à l’index des binationaux qui ont tant apporté à l’histoire de notre patrie, allusions racistes du premier ministre Valls).

 

Cette obsession dogmatique de la rigueur économique, qui n’a donné aucun résultat positif depuis des années a eu des effets très concrets et dommageables pour les Françaises et Français de la 5ème circonscription. Elle a donné lieu à une disparition de nombreux centres scolaires et services consulaires pour nos compatriotes sous Sarkozy, que François Hollande a sans vergogne malheureusement prolongé : fermeture d’agences consulaires, dé-conventionnements d’établissements, suppressions de postes dans les consulats, les agences, les écoles françaises, compression des bourses scolaires, diminution de l’action culturelle.

 

Nous avons donc engagé une ample consultation des Français de la circonscription sur leurs besoins et leurs attentes, de manière à construire un programme participatif et solidaire. Un programme pour tous.

Rejoignez Ensemble sur les réseaux sociaux